Des méthodes naturelles pour soulager les douleurs des menstruations

Art Douleurs Menstruelles

Le cycle de la femme repose sur un équilibre hormonal délicat et souvent mis à mal par notre vie moderne, les perturbateurs endocriniens et certains traitements hormonaux. Parmi les manifestations du déséquilibre du cycle hormonal, il y a les douleurs menstruelles, parfois très vives, qui peuvent empoisonner le quotidien des femmes.

Pour aider à retrouver un cycle harmonieux et naturel, les plantes sont les meilleures alliées !

Le cycle menstruel

L’ovulation, phénomène majeur du cycle, le divise en deux parties bien distinctes d’un point de vue hormonale :

La phase folliculaire ou pré-ovulatoire, orchestrée par les hormones de type œstrogènes. Théoriquement, celle-ci aura lieu du 1er jour du cycle jusqu’au 14e jour du cycle, jusqu’à l’ovulation. Elle est caractérisée par une température du corps basse.

La phase lutéale ou progestative orchestrée par une hormone appelée progestérone. Cette période du cycle a lieu à la suite de l’ovulation, jusqu’aux règles suivantes. Elle est caractérisée par une température plus haute qui succède à un pic significatif de l’ovulation. C’est la période pendant laquelle la femme n’est plus fertile.

Pourquoi les douleurs menstruelles

Pour le comprendre, il faut regarder du coté des effets collatéraux des œstrogènes et de la progestérone :

  • Les œstrogènes interviennent principalement dans la première partie du cycle pour la maturation de l’ovule et la régénération de l’endomètre. Elles vont par ailleurs favoriser la rétention hydrique et déstabiliser l’humeur. De plus, les œstrogènes vont continuer à être sécrétées pendant la 2ème phase du cycle en moindre quantité que la progestérone.
  • La progestérone qui domine cette 2ème partie, va préparer l’utérus à la nidification. Elle est aussi un diurétique naturel et harmonise l’humeur.

Les douleurs menstruelles apparaissent lorsqu’il y a un déséquilibre hormonal entre progestérone et œstrogènes. On parle d’hyperœstrogénie relative. Relative car, soit la progestérone est trop basse dans la 2ème phase du cycle par rapport aux œstrogènes, soit la progestérone a un taux normal mais c’est les œstrogènes qui sont trop élevés. Dans un cas comme dans l’autre, les effets de ces dernières sont exacerbés et notamment la rétention d’eau qui va provoquer une congestion de la zone du petit bassin. Cette congestion va gener la circulation sanguine et provoquer une compression des nerfs et donc les douleurs du bas ventre caractéristiques.

Comment rétablir l’équilibre et l’harmonie du cycle féminin et prévenir les douleurs menstruelles

L’idée va être d’équilibrer la production des hormones féminines, d’éviter d’en apporter dans l’organisme via les perturbateurs endocriniens qui miment justement ces hormones et de soutenir le travail du foie et des intestins dans la désactivation et le recyclage des hormones.

Soutenir le foie dans son travail de détoxification

  • Aujourd’hui, la prise de la pilule contraceptive et les perturbateurs endocriniens exposent la femme à un excès d’hormones continuel
  • Combiné aux polluants divers et variés, au tabac, à l’alcool et à une alimentation trop riche en sucres et gras saturés, le foie se retrouve vite débordé et ne peut plus dégrader et évacuer efficacement les toxines et les œstrogènes. Ces dernières retournent dans la circulation sanguine et vont entretenir l’hyperœstrogénie relative par excès d’œstrogènes.
  • Pour soutenir le foie dans son travail, il faut :
    • Adopter une bonne hygiène alimentaire
    • Profiter des propriétés détoxifiantes des plantes comme le chardon-Marie, l’artichaut, le radis noir, le romarin…
    • Avoir un bon transit intestinal pour faciliter l’évacuation des déchets et toxines en adoptant une alimentation riche en fibre grâce aux légumineuses, céréales complètes mais aussi le psyllium et la racine de chicorée.
  • Garder un foie sain est essentiel pour les femmes, surtout pour éviter les risques liés aux cancers hormonodépendants comme le cancer du sein.

Veiller à son hygiène alimentaire et corporelle pour ne pas surcharger notre organisme et notamment le foie

  • Réduire les apports en aliments riche en sucre visible ou caché (aliments à index glycémique élevé) : Sucre et dérivés sucrés, céréales raffinées comme la farine blanche.
  • Favoriser les aliments et cosmétiques bio pour éviter l’apport de pesticides et perturbateurs endocriniens (additifs alimentaires, bisphénol A, glyphosate…)
  • Augmenter la part de légumes et les fruits pour leur apport en minéraux, vitamines, antioxydants et fibres,
  • Veillez à un apport important d’Omega 3, acides gras polyinsaturés anti-inflammatoire et important pour la santé cérébrale, nerveuse, cardio-vasculaire et hormonale
  • Réduire fortement les apports d’oméga 6 car pro-inflammatoires : viandes, huiles de tournesol, de maïs, de pépins, de raisin. Nous devrions consommer au maximum quatre fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3.

Réduire le stress car il va détourner un précurseur de la progestérone au profit de la fabrication de cortisol, l’hormone du stress. Ce qui va là aussi entretenir l’hyperœstrogénie relative mais cette fois par manque de progestérone.

Pratiquer une activité sportive régulière pour favoriser notamment la circulation sanguine et lymphatique, l’oxygénation et la nutrition des organes et l’évacuation des toxines et déchets.

Dernier point et pas le moindre, réguler et équilibrer le cycle menstruel

La encore, les plantes sont d’une grande efficacité :

  • Jeunes pousses de framboisier: c’est la plante de la femme. Elle participe à l’harmonisation de l’équilibre hormonal de la femme (puberté, ménopause précoce, post-préménopause). Elle est reconnue pour contribuer au bien-être de la femme et de la jeune fille en préparation des menstruations (règles difficiles) et de la femme lors de la ménopause.
  • Les huiles d’onagre et de bourrachequi aide à maintenir l'équilibre hormonal et contribue au confort optimal des femmes pendant le cycle menstruel grâce à leur richesse en acide gamma linolénique. Et bonus, elle aide aussi à maintenir une belle peau !

Egalement, pensez à la réflexologie plantaire : La réflexologie est une technique de soin manuelle qui consiste en la dissipation des tensions et blocages par une pratique adaptée de digito-pression. Par un toucher spécifique de zones dites reflexes, sur les pieds, correspondant aux tissus et aux organes du corps, le réflexologue va stimuler les fonctions d’autorégulation et améliorer grandement l’équilibre hormonale du cycle féminin.

Et en attendant que le cycle retrouve son harmonie, que faire en cas de douleurs ?

  • L’huile essentielle d’estragon, très utilisées pour ses propriétés antispasmodiques et notamment pour les douleurs menstruelles : 5 gouttes d’huile essentielles diluées dans 5 gouttes d’huile végétale de noisette ou d’amande douce et masser sur le bas du ventre
  • Une bouillote d’eau chaude sur le foie pour l’aider dans son travail de détoxification.

En conclusion, je rajouterai ce conseil : n’acceptez pas que les troubles du cycle menstruel (syndrome prémenstruel, règles douloureuses, cycle irrégulier…) fassent partie de votre vie de femme ! Ce n’est pas une fatalité, ce n’est pas une obligation ! Prenez soin de vous et de votre féminin 😉

Publié dans Medoucine.