Comment se protéger contre le diabète

Art Diabete

Le diabète est un véritable fléau de société causé par un excès de glucose dans le sang pouvant conduire à de graves pathologies. Une bonne hygiène de vie permettra de s’en protéger. Voici de quelle façon vous pouvez vous prémunir du diabète.

Le diabète est une difficulté à faire entrer le glucose à l’intérieur des cellules. Le glucose est un des principaux carburants à partir duquel nous produisons l’énergie qui nous permet de tout faire : bouger, penser, nous défendre contre les agents infectieux, nous réparer…

Résultat : le glucose qui circule dans le sang monte et reste anormalement haut. Cela signifie qu’à jeun, la glycémie dépasse 1,1 g par litre de sang.

  • Entre 1,1 et 1,26 g, il s’agit d’un « prédiabète ».
  • Entre 1,26 et 2 g, c’est le diabète
  • Au-dessus de 2 g, c’est le diabète avec symptômes

Il y a 2 types de diabètes :

  • Le diabète de type 1, 6% des cas, Il survient en général chez un enfant ou un adolescent. Le pancréas n’arrive plus à produire assez d’insuline, l’hormone qui permet de faire entrer activement le glucose à l’intérieur des cellules. Il ne peut être soigné que par l’administration d’insuline.
  • Le diabète de type 2 qui en milieu de vie, surtout suite au surpoids et à l’exposition prolongée à des facteurs inflammatoires. Sa cause première n’est pas une incapacité du pancréas à sécréter de l’insuline, mais une inefficacité de cette insuline à faire son travail.

Car le travail de l’insuline consiste à s’accrocher à des récepteurs à la surface des cellules, pour déclencher le transport actif du glucose à l’intérieur. Or il arrive que ce récepteur devienne insensible et ne réponde plus à l’insuline. Le glucose reste dans le sang et provoque une hyperglycémie.

On dénombre 3,6 millions de diabétiques en France soit 5,4% de la population en 2016.

Quels sont les conséquences et les risques d’un taux élevé de glucose dans le sang ?

Le glucose se colle facilement aux protéines, c’est ce qu’on appelle la glycation. Or cette glycation entraine une sorte de désactivation de la protéine et comme nos enzymes et nos hormones sont à base de protéines, il y a une altération importante de toutes nos fonctions vitales :

  • Baisse de notre capacité à produire des globules blancs, d’où une grande vulnérabilité aux infections, voir d’infections graves, de gangrènes et d’amputation.
  • Une baisse des défenses contre l’oxydation, l’inflammation et la pollution, qui elle-même augmente les risques de toutes les pathologies dégénératives, notamment cardio-vasculaires et les cancers. Encore une fois liée à nos protéines qui nous défendent contre le stress oxydatif, l’inflammation et permettent la détoxification du sang par le foie.
  • Une baisse de nos capacités de mémorisation, de déclin cognitif précoce lié au fait que les enzymes qui permettent de fabriquer des neurotransmetteurs restent en partie paralysés.
  • La capacité à produire de l’énergie diminue du fait que le glucose entre difficilement dans la cellule, ce qui entraine une grande fatigue
  • Cicatrisation excessivement lente
  • Et pour finir, les récepteurs de l’insuline au niveau des cellules ne fonctionnent plus bien puisque se sont également des protéines.

C’est ainsi qu’une simple élévation du glucose circulant devient d’abord discrètement invalidant au niveau moléculaire, puis se manifeste par des baisses de régime globales, puis par des maladies de plus en plus sérieuses. Le diabète est un tueur sournois !

A terme, Il y a des risques majeurs comme :

  • La dégradation de la vue et la cécité
  • L’insuffisance rénale
  • L’AVC
  • L’accident cardio-vasculaire
  • L’insensibilité des nerfs périphériques (neuropathie), première cause d’amputation.

Comment se prémunir du diabète ?

Les causes du diabète sont principalement liées à :

  • L’apport excessif d’acides gras saturés et trans et de glucides à assimilation rapides,
  • La présence d’une inflammation chronique,
  • La présence de polluants et de perturbateurs endocriniens
  • La sédentarité
  • Le stress
  • Le manque de sommeil réparateur

Les conseils du naturopathe :

  • Réduire le stress car :
    • Augmente la glycémie et les triglycérides dans le sang,
    • Il est pro-inflammatoire et pro-oxydant
    • Il modifie le comportement alimentaire, accroît l’attirance pour le sucré et est très souvent impliqué dans le surpoids, facteur de diabète
  • Adopter une alimentation saine, anti-inflammatoire et biologique pour prévenir le surpoids et l’inflammation, à savoir :
    • Réduire les apports en aliments riche en sucre visible ou caché (aliments à index glycémique élevé) :
      • Sucre et dérivés sucrés : Sucre blanc, brun, miel, fructose, sirop, les fruits séchés, jus de fruits
      • Céréales raffinées : pain blanc, farine blanche, riz blanc, pâtes blanches, pâtisseries, gâteaux
    • Manger moins de sel pour absorber moins de sucre !
    • Limiter la consommation de protéines animales (notamment les viandes) et les produits laitiers qui sont riches en acides gras saturés et qui sont pro-inflammatoires. Pensez aux œufs, au poisson et protéines végétales : légumineuses, céréales, quinoa,
    • Favoriser les aliments bio pour éviter l’apport de pesticides et perturbateurs endocriniens
    • Privilégier les cuissons douces (vapeur, étouffée, papillote…) par rapport aux cuissons à température élevée (friture, barbecue…) pour préserver la qualité nutritive et éviter la production de molécules toxiques (réaction de Maillard)
    • Augmenter la part de légumes et les fruits pour leur apport en minéraux, vitamines, antioxydants et fibres,
    • Favoriser les apports d’aliments fibreux : légumineuses, céréales semi-complètes ou complètes, légumes, fruits pour nourrir la flore intestinale et faciliter le transit.
    • Veillez à un apport important d’Omega 3, acides gras polyinsaturés anti-inflammatoire et important pour la santé cérébrale, nerveuse et cardio-vasculaire : huile vierge de 1ère pression à froid (colza, lin, noix, cameline) et petits poissons des mers froides (anchois, sardines, maquereaux),
    • Réduire fortement les apports d’oméga 6 car pro-inflammatoires : viandes, huiles de tournesol, de maïs, de pépins, de raisin
    • Pensez à votre apport en antioxydant : graines germées, thé vert, crucifères (choux, cresson, radis, brocolis…), fruits et baies rouges, noirs, violets, pourpres, aromates et épices (ail, oignon, romarin, sauge, gingembre, curcuma, thym…)
  • Avoir un sommeil récupérateur
    • Le manque de sommeil :
      • Favorise l’intolérance au glucose, puis le diabète
      • Augmente l’inflammation
      • Empêche l’organisme de se réparer et de produire des enzymes et hormones
      • Dérègle l’appétit et notre contrôle pulsionnel
  • Faire de l’exercice
    • La sédentarité :
      • Réduit la masse musculaire, celle qui dépense ;
      • Divise le nombre des mitochondries, les centrales énergétiques qui brûlent le glucose au feu de l’oxygène
      • Augmente la masse grasse et le risque de surpoids ;
      • Est un facteur de stress, de mauvais contrôle pulsionnel et de prises alimentaires, en particulier sucrées, de compensation ;
      • Fait monter l’inflammation et ses marqueurs.
  • Réduire l’exposition au polluant et perturbateurs endocrinien (comme le BPA)
    • Ce sont des facteurs majeurs de surpoids et de diabète
    • Manger bio
    • Eviter les emballages plastiques alimentaires, surtout ceux dans lesquels se trouvent des produits gras et surtout de chauffage au micro-ondes dans les emballages plastiques
    • Eviter les produits issus d’animaux d’élevage intensifs qui sont nourris aux tourteaux de maïs et de soja, arrosés au glyphosate. Préférez les produits de qualité, d’élevage artisanal et bio.
  • Eviter les déficits en magnésium
    • Le magnésium est indispensable pour que les cellules produisent de l’Energie à partir du glucose et des acides gras. Le manque de magnésium fait que les cellules renvoient le glucose et les acides gras dans le sang et entraine leurs stockages dans le tissu adipeux.
    • De plus, la personne se sent fatiguée, et donc non seulement bouge moins, mais encore mange plus pour compenser.
    • Enfin le manque de magnésium augmente la vulnérabilité au stress Quand on sait que la plupart des gens répondent au stress en mangeant plus d’aliments sucrés, cela n’améliore évidemment pas les choses.
Publié dans Medoucine.